Catégories
Emplois et recrutements

Recherche d'emploi pendant une pandémie en tant que professionnel des RH

Certaines personnes aiment la recherche d'emploi.

Je ne le recommande pas, en particulier lors d’une pandémie.

J'ai été licencié de mon poste RH fin mars, au début du COVID. C'était frustrant, car j'avais l'intention de rester là-bas au moins pendant mon mariage en juillet, pendant la lune de miel, puis de commencer à chercher un emploi après avoir atteint 2 ans en août. C'était frustrant car aucune autre entreprise n'avait commencé à faire des licenciements. C'était frustrant parce que l'entreprise était une petite entreprise familiale, mais ils ne pouvaient pas prendre la peine de faire des licenciements centrés sur l'humain pour les personnes qu'ils avaient licenciées et ont laissé le travail des RH au directeur du marketing. C'était frustrant parce que ma carrière croissante dans les RH était soudainement en pause.

La confiance coulait toujours dans mes veines. J'avais déjà été interviewé, et je pensais qu'avec mon agressivité et le réseau RH que j'avais bricolé en peu de temps, je n'allais pas être au chômage jusqu'en avril.

Eh bien, avril s'est transformé en mai. Mai s'est transformé en juin. Juin s'est transformé en juillet. Juillet s'est transformé en août. Août s'est transformé en septembre. Et maintenant… nous sommes en octobre.

Ma confiance a été complètement détruite et je me bats tous les jours pour savoir si je devrais ou non continuer dans les RH. J'ai fait près de 80 interviews, quelques concerts sous contrat, mais aucune entreprise ne m'a vraiment actionné à plein temps. Il y a aussi les petites choses qui piquent pendant une recherche d'emploi comme:

  • Les entreprises ne vous autorisant pas à participer à des webinaires, car vous ne disposez pas d'une adresse e-mail professionnelle
  • Essayer de participer à des conversations autour des protocoles COVID du bureau et de l'injustice raciale parmi les professionnels des RH, et devoir parler en hypothèses
  • Se sentir exclu des conversations banales sur les RH parce que vous aviez l'impression de n'avoir rien à offrir
  • Participer aux selfies loufoques de travail à distance qui ont parsemé Linkedin et Instagram pendant les premiers jours de la pandémie

Et puis il y a les grandes choses. Contacts qui disent qu'ils viendront pour une recommandation et ne le font pas. Les emplois que vous pensez avoir à 100% dans le sac, puis s'effondrent. Devoir payer une grosse facture COBRA au début de chaque mois, pendant que vos amis économisent de l'argent sur les soins de santé. Ne pas acheter une maison. Compte bancaire en baisse. Être rejeté pour les affectations de BÉNÉVOLE. Les RH vous tournent le nez pour un emploi dans leur entreprise, alors que vous avez travaillé pour les aider dans le passé. Les recruteurs mettent fin à l'appel lorsqu'ils ont découvert que vous avez été licencié (oui, c'est arrivé), ou essayent de creuser davantage pour voir si vous étiez VRAIMENT licencié.

Ensuite, il y a les moments où vous vous demandez si ce que vous faites est juste ou si cela vous coûte des emplois. Je parlerai toujours des questions d'injustice raciale (voir littéralement tout ce que j'ai publié), je critiquerai l'establishment des RH car je pense qu'il y a des raisons pour lesquelles les RH sont méprisées. Je vais reprocher aux professionnels des RH / Talents de rester silencieux sur les questions de discrimination et d'injustice, ou pire, de faire taire ceux qui s'expriment (il y en a beaucoup). Mais je me demande constamment si c'est une des raisons pour lesquelles je suis dans la situation dans laquelle je suis: si mon manque d'expérience dans certains domaines RH, couplé à ma propension à parler de ce qui est juste (et controversé pour certains) provoque ma candidature être retiré de la contestation plus tôt que je ne devrais l'être.

Mais ensuite, je me rends compte que ce que je fais en utilisant ma voix, c'est me connecter davantage avec les bonnes personnes de la communauté RH. Ce que je réalise, c’est que je fais progresser ma carrière. Chaque rejet de cette pandémie a donné lieu à 2-3 nouveaux contacts, et j'ai maintenant une communauté internationale sur laquelle m'appuyer. Les rôles pour lesquels j'interviewais en octobre sont 3-4 échelons au-dessus de ceux pour lesquels j'interviewais en avril. Pourquoi? Parce que je me suis poussé. Je sais de quoi je suis capable et je sais où se trouve l’opportunité.

Si je pouvais donner des conseils aux professionnels des RH dans cette recherche d'emploi difficile, je dirais en toute confiance de sortir de votre zone de confort. Je ne sais pas si de nombreux professionnels des RH sont connus pour réseauter ou collaborer (j'en vois encore beaucoup dans leur propre bulle), mais il y en a qui sont prêts à aider, à collaborer et à faire progresser cette profession. S'exprimer. Créez de nouvelles façons d'aider les professionnels des RH, ou de nouvelles façons de considérer les personnes des RH en haute estime dans leur organisation. LISEZ LA DESCRIPTION DU POSTE; vous pouvez dire ce que les entreprises pensent des RH en formulant certaines descriptions.

Je ne vais peut-être pas aller à plein temps jusqu'en 2021, ce qui pue vraiment. Je ne pourrai peut-être pas faire avancer ma vie personnelle avant la fin de 2021, ce qui est difficile lorsque vous voyez des amis obtenir une promotion, avoir des enfants et acheter une maison. Mais j'ai fait avancer ma carrière d'une certaine manière. J'ai pris la parole sur des panels, été publié dans des blogs, demandé à consulter, été sélectionné dans des groupes de direction des RH – tout en recherchant un emploi dans une pandémie.

Ce n'est peut-être pas la façon dont les recruteurs aiment voir, mais cela m'aidera plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *